Archives de catégorie : Non classé

Un geste apparemment simple qui donne peu d’espoir sur le chemin parcouru

Il n’est pas vain de dire que tout commence ou se finit par un simple geste, comme « l’effet papillon » d’Edward Lorenz.
Le 10 aout, lors du 20h, France 2 présente un dossier qui en 2019 n’aurait pas du se terminer par ce geste apparemment simple mais qui en dit long sur le chemin qu’il nous reste à parcourir.

Le tri sélectif existe depuis 1996

Un simple geste ? Ce simple geste multiplié par des millions de personnes s’appelle aujourd’hui le 7eme continent 1.

Chaque année, près de 14 000 tonnes de crème solaire finissent dans les mers causant de véritables désastres écologiques en raison des composés chimiques qu’elles contiennent. Ces composés n’affectent pas que les écosystèmes,  mais aussi la santé. En effet, on trouve encore des crèmes comportant des filtres solaires ou des conservateurs fortement suspects comme par exemple: le Benzophenone-3 et  l’éthylhexyl Méthoxycinnamate deux perturbateurs endocriniens, l’octocrylène qui est à la fois allergène et photoallergène et donc déconseillé en cas d’exposition solaire (!) et enfin l’homosalate.

Quel est l’impact en 2019  d’un flacon en plastique jeté  dans une poubelle lambda ?

L’impact environnemental du plastique est impossible à nier car l’océan est le milieu naturel le plus sensible à la pollution plastique. Chaque seconde, 100 tonnes de déchets finissent en mer dont une grande partie constituée de matière plastique. Ces polluants s’accumulent soit dans la chaîne alimentaire et se retrouvent nos assiettes, soit dans l’eau que nous buvons car ils sont encore particulièrement difficiles à filter.

Est-il possible aujourd’hui de concilier protection solaire, santé et respect de l’environnement ?
Plutôt que  d’inciter à jeter et acheter fréquemment des crèmes, dont la date est dépassée ou simplement trop longtemps exposée au soleil, la question aujourd’hui est de savoir comment réduire l’usage des crèmes mais aussi de mieux les choisir2, mieux les conserver.

1Découverte à la fin des années 90, la mer de plastique située dans le nord-est de l’océan Pacifique qui s’étend sur plus d’1,6 million de kilomètres carrés (soit environ la taille de la Mongolie) est un exemple de ces zones d’accumulation de déchets flottants en milieu marin formées sous l’effet des courants.
Selon un rapport de l’ONU, une très faible proportion de la production plastique historique, dont la moitié consommée à usage unique, a été recyclée. Il est ainsi estimé que seulement 9 % des 8,3 milliards de tonnes jamais produites par l’humanité ont été recyclées. Une quantité à peine plus importante (13%) a été incinérée, non sans poser des problèmes de pollution de l’air.

2Voir pour cela les études et comparatifs de 60 millions de consommateurs et de Que Choisir

 

 

 

 

L Art of hosting pour faire émerger les villes durables du 21e siècle

Les 23 et 24 novembre prochain se dérouleront les 1eres conférences de l’European Urban Green Infrastructure à Vienne.

Dans la préparation de cette rencontre, les organisateurs ont choisi de fonctionner selon la démarche de l' »Art of Hosting« , l’art d’agir ensemble en auto-organisation.

Cette 1ère Conférence Européenne pour l’Infrastructure Verte Urbaine abordera les questions du changement climatique, la perte de biodiversité, la gestion de l’eau, de l’énergie, de la santé et de la communauté – et surtout la façon dont les solutions basées sur la nature peuvent aider à répondre à ces défis.

D’éminents experts dans le domaine des infrastructures vertes urbaines, de la politique, la planification, la conception, la mise en œuvre et le suivi, partageront leurs connaissances et leur expérience sur la façon de travailler avec la nature.

Le partage et l’échange  des connaissances se fera sur un mode collaboratif en s’appuyant aussi sur les expériences des participants.

C’est dans cette configuration que les meilleures voies et solutions pour la création des villes durables du 21e siècle seront débattues durant ces deux journées.

Voir le programme des conférences Green Infrastructure Vienne

 

 

A vos agendas pour les conférences du Salon Ecohome!

ECOHOME, le salon de l’Habitat Naturel et Durable regroupe les acteurs de l’habitat écologique, de la construction saine et du bâtiment durable, des énergies renouvelables, de l’environnement et de l’habitat groupé. C’est Isabelle Aguiraud, créatrice du salon Bâtir Ecologique qui supervise les thématiques liées à l’habitat. Au programme des conférences très attendues pour découvrir l’esprit du moment dans le domaine de l’écoconstruction, les nouvelles façon de penser l’habitat, la ville, ce qui nous laisse imaginer le futur!

Il y aura aussi la thématique de la biodiversité, un sujet de plus en plus d’actualité, avec une intervention d’Init Environnement pour accompagner l’ouverture, en novembre, de la version française du site « Toitures végétalisées: Do it yourself ». L’un de ses principaux créateurs, Dusty Gedge, également Président de European Federation of Green Roof Associations viendra nous le présenter. Grand spécialiste du sujet, ce sera le moment de lui adresser toutes vos questions et d’aller plus en profondeur sur le thème de la biodiversité en général.

Prévisualiser le site (version française active en novembre)

Du 23 au 26 octobre 2015, à Paris Event Center.

Aller sur le site de Ecohome

« Deux salons en un même lieu adapté et facile d’accès, à Paris intra-muros, avec entrée unique et gratuite :
- VIVEZ NATURE : le Salon Bio, NATURE ET BIEN-ETRE, dont ce sera la 43ème édition.
- ECOHOME : le salon de l’HABITAT NATUREL ET DURABLE vous permettra de découvrir, ou de compléter votre information sur les matériaux écologiques et naturels d’aujourd’hui et de demain. »

Conférence Londres le 28 septembre

 « Toitures BioSolaires»

La synergie de la biodiversité et de la production d’énergie

Les toits, sont aujourd’hui considérés comme une richesse pour produire de l’énergie mais aussi pour réparer les dégradations générées par l’urbanisation.

Dans ce contexte, les Toitures BioSolaires, process à la pointe des technologies vertes, offrent un fort potentiel de développement à travers l’Europe.

Le projet BioSolarRoof

Le projet BioSolarRoof est un projet européen Leonardo développé dans le cadre de la « Stratégie de la biodiversité de l’UE à l’horizon 2020 ».

Son objectif est de faire connaître et promouvoir ce process auprès des professionnels, notamment par la formation.

Public

De nombreux professionnels concernés sont attendus :

  • professionnels du bâtiment,
  • professionnels de l’énergie,
  • professionnels du végétal,
  • collectivités,
  • centres de formation,
  • acteurs de l’environnement…

Renseignements :

Contact France : brigitte.bonello@init-environnement.com

http://www.biosolarroof.com/fr/

 

Conférence Londres le 28 septembre

 « Toitures BioSolaires»

La synergie de la biodiversité et de la production d’énergie

 

Les toits, sont aujourd’hui considérés comme une richesse pour produire de l’énergie mais aussi pour réparer les dégradations générées par l’urbanisation.

 

Dans ce contexte, les Toitures BioSolaires, process à la pointe des technologies vertes, offrent un fort potentiel de développement à travers l’Europe.

Le projet BioSolarRoof

Le projet BioSolarRoof est un projet européen Leonardo développé dans le cadre de la « Stratégie de la biodiversité de l’UE à l’horizon 2020 ».

Son objectif est de faire connaître et promouvoir ce processauprès des professionnels, notamment par la formation.

Public

De nombreux professionnels concernés sont attendus :

      professionnels du bâtiment,

      professionnels de l’énergie,

      professionnels du végétal,

      collectivités,

      centres de formation,

      acteurs de l’environnement…

 

Renseignements :

Contact France : brigitte.bonello@init-environnement.com

http://www.biosolarroof.com/fr/

Vivre avec et pour la biodiversité

Dès aujourd’hui la conservation de la biodiversité va s’imposer comme un critère de décision pour nos projets d’exploitation et développement technologiques car en plus d’être un facteur de vie, la biodiversité apparaît aujourd’hui comme l’une des Solutions aux problèmes de pollution de l’air.

Le propre d’un écosystème est de permettre à chacun de vivre dans un environnement sans nuire aux autres espèces aussi notre enjeu principal aujourd’hui est de pouvoir concilier les apports fournis par la biodiversité et ceux découlant de nos besoins économiques, l’un ne devant pas exclure l’autre. Pour parvenir à ce juste équilibre nous pouvons nous appuyer sur des exemples modernes qui concilient judicieusement biodiversité et hautes technologies. Tout est à notre disposition, partout en Europe de nouveaux savoir-faire ont émergé, grâce à la vision anticipée d’un avenir où la nature et le développement des technologies pouvaient et devraient résolument avancer ensemble.

Un des meilleurs exemples est celui des toits biodiversifiés solaires*. Ici, on n’est plus tenu de choisir entre la biodiversité et l’énergie, et leur synergie crée une double action, l’un contribuant à assainir l’air et rafraîchir le bâtiment, et l’autre à produire une énergie propre. *Le système BioSolarRoof est une technique combinant à la fois végétation biodiversifiée et production d’énergie comme le photovoltaïque.

D’autres savoir-faire développés sont ceux des corridors naturels traversant les villes. Depuis une quarantaine d’années, les vagues de chaleur sont devenues plus fréquentes dans les grandes villes du monde et le phénomène ne fait que s’accélérer Les jours de grands vents ont quant à eux diminués dans plus de 60% des villes du monde, permettant à la pollution des villes de s’installer plus longtemps et durablement. Face à cela, fort est de constater que si la réintroduction de la biodiversité en ville n’est pas « la » solution qui va tout résoudre, elle est néanmoins une solution efficace et à ce titre incontournable.

L’avenir est aux trames vertes innovantes conçues avec des savoir-faire modernes. Les exemples de réconciliation entre nature et modernisme offrent une vision éclatante de l’intelligence de la transition énergétique. Il ne s’agit plus de créer des jardins publics mais des écosystèmes d’où l’homme n’est pas exclu, mais parfois écarté par quelques clins d’œil des jardiniers comme une haie de ronce. L’enjeu est de créer des zones de vie où cohabitent toutes les espèces.

La transition énergétique c’est aussi dans un horizon très proche, de nouveaux savoir-faire pour des emplois qui ont du sens, une vie de qualité, d’où personne n’est exclu, ni les hommes ni les espèces animales ni surtout la nature. Notre avenir dépendra de notre capacité à modifier nos préjugés et à faire émerger et nous enrichir rapidement des nouvelles connaissances développées à ce jour partout en Europe sur ces sujets…

Dans un contexte d’urgence où les connaissances, les métiers sont en pleine mutation, notre rôle est d’apporter aux professionnels les connaissances qui leur permettront d’adapter leurs décisions aux nouveaux enjeux environnementaux.

Projet de loi toitures végétalisées et énergie

« Les toits des nouveaux bâtiments en zones commerciales devront être au moins partiellement végétalisés ou comporter des équipements de production d’énergies renouvelables, comme des panneaux photovoltaïques, en vertu d’un amendement écologique, retouché par le gouvernement, voté jeudi à l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi relatif à la biodiversité. »

Lire la suite du Moniteur: http://www.lemoniteur.fr/150-performance-energetique/article/actualite/biodiversite-vegetalisation-ou-energies-renouvelables-sur-les-toits-des-futurs-batiments-commerciaux-28090549

 

I-ENER, groupe de travail et coopérative indépendance énergétique en Euskara

I-ENER ou Iparraldeko ENERgia a vu le jour au printemps 2014 et s’inscrit dans la démarche européenne et mondiale de réappropriation citoyenne de l’énergie à partir d’initiatives nombreuses, locales et participatives. Pour atteindre l’Indépendance ou l’Idéal ENERgétique, I-ENER fait un appel à compétences afin de créer, structurer et développer une société d’exploitation citoyenne, fonctionnant sur un principe coopératif porté et financé majoritairement par les habitants d’Iparralde.

En Allemagne, 51% de la puissance éolienne installée en Allemagne est détenue par les citoyens.

En France, bien que ces démarches citoyennes soient plus marginales que dans d’autres pays européens, elles sont en pleine expansion. On pourrait citer la SCIC Combrailles Durables qui  compte aujourd’hui 189 coopérateurs. L’exemple le plus marquant reste la société SAS Bégawatts, détenue par plus de 1000 citoyens qui gère le parc éolien de Béganne, commune située dans le Morbihan,  constitué de 4 éoliennes d’une valeur de 12 M€.

I-ENER  propose la création d’une société d’exploitation citoyenne, fonctionnant sur un principe coopératif, portée et financée majoritairement par les habitants du territoire.

Afin de structurer et développer ce projet, I-ENER recherche des personnes motivées et qui pourraient s’insérer dans les groupes de travail suivants :

> > Techniques énergétiques :

  • Photovoltaïque
  • Hydroélectricité
  • Eolien
  • Biomasse

> > Logistique :

  • Informatique (site web, outils de communication entre les sous-groupes)
  • Communication (plaquette, newsletter, revues de presse, réseaux sociaux)
  • Traduction (euskara / français / castillan)
  • Finance et juridique (demande subventions, montage projets)
  • Commercial (repérage sites, souscripteurs)

> > Contact: euskalenergia@gmail.com

http://www.enbata.info/articles/lideal-energetique-mobilise/#sthash.dkpOX1SV.dpuf

Pour souscrire, cliquez sur ce lien: 
> https://docs.google.com/forms/d/1eJGO9QDU46o3s_DCX1HjNgOT0xVxfij4tP_H1TCe4zw/viewform?usp=send_form